• Accueil
  • Annuaire
  • Actualités
Ce site est un service privé d'information distinct des marques et services non-affilié à celles-ci. Le 118500 est un service de renseignement téléphonique.
Crise sanitaire: l’impact du confinement sur le marché immobilier

Crise sanitaire: l’impact du confinement sur le marché immobilier

Le gouvernement français a mis en place un programme d'aide financier pour aider le secteur du logement à surmonter cette crise.

Le gouvernement français a mis en place un programme d'aide financier pour aider le secteur du logement à surmonter cette crise.


Depuis le confinement général annoncé mi-mars par le gouvernement français en raison de la crise sanitaire du COVID19, le marché de l’immobilier est menacé. Ce secteur est à l’arrêt complet, aucune opération, aucune transaction.

Le constat est généralisé dans tout le secteur immobilier français, à commencer par les plus grands tels que le réseau ORPI, Century 21, etc. Cette situation a permis à Laurent Vimont, président de l’antenne française du réseau Century 21, de monter au créneau ce lundi. Aucune certitude quant à l’avenir du secteur après cette crise sanitaire, a-t-il annoncé dans un communiqué.

L'impact du confinement se fait sentir dans le secteur du logement français 

D’accoutumée, le mois d’avril est réservé aux bilans, et marque le début d’année pour le secteur immobilier français. Les chiffres donnés pour ce premier trimestre par les principaux réseaux donnent une première idée du marché pour 2020. Mais, cette crise sanitaire est venue bouleverser les prévisions, après plusieurs années de hausse progressive avec un record à plus d’un million d'euros l’an dernier. Le confinement oblige, les agences sont fermées, certaines ont pu achever des transactions entamées, d’autres encore en suspens. Cela inquiète les acteurs du logement, qui n’hésitent pas à le démontrer, comme l’a fait le réseau Orpi, premier du secteur en France ayant à son compte 1 200 agences. La menace principale est celle de la non reprise à plein rythme après la crise, surtout pour les plus petits du secteur.
Jusque-là, aucune certitude concernant la fin du confinement, pour l’instant, l’heure reste aux prévisions.
Le réseau « Meilleursagents », qui compte un peu plus de 10 000 agences, avance deux arguments possibles pour l’avenir du logement en France :
Dans le premier, le réseau avance ceci : l’épidémie est contrôlée peu avant l’été, et les mesures de soutien financier annoncé par le gouvernement français à hauteur de dizaines de milliards d’euros aideront le secteur à redémarrer et retrouver son équilibre en début du mois de septembre.
La seconde hypothèse est celle d’une épidémie qui perdure dans le temps. Elle entraînera une crise économique durable généralisée, alors le secteur sera à genoux, et se relèvera difficilement pour les plus gros, et voir impossible pour les plus petits. Cette situation peut prendre plusieurs années pour un retour à la normale pour le secteur du logement français.
La conséquence directe de cette crise sur le marché immobilier est la baisse des prix des biens, mais resterait limite pour les plus grandes villes françaises comme Paris. Toujours selon le réseau « Meilleursagents ».
Dans un communiqué publié la semaine dernière, Jean-Marc Torrollion, président de la FNAIM, première organisation du secteur, a estimé que près de 3 000 agences sont menacées de fermeture et 20 000 emplois de disparition à cause de cette crise sanitaire. Car, aucune d’elle n’était préparée à cette situation.

Le gouvernement vient au secours des acteurs du logement 

Afin d’assurer la survie du secteur du logement après cette crise sanitaire, le gouvernement français et la BCE ont adopté un certain nombre de mesures, notamment financières. Elles consistent à injecter de l’argent dans le secteur, permettre aux banques de prêter aux agences à des taux très bas, entre autres.
Le gouvernement a également pris un décret autorisant la vente de bien à distance auprès d’un notaire, dans le but d’assurer un fonctionnement minimum dans le secteur.
Le ministère du Logement s’est penché sur une ordonnance très controversée par les acteurs du secteur. Celle de laisser assez de temps à l’acheteur ou au vendeur dans la conclusion d’un contrat de vente, l’une des parties peut abandonner la vente sans risque de pénalités. Cette mesure prise est l’une des nombreuses décisions adoptées dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire du COVID19.


Avis

Avez-vous aimé cet article ? Vous-a-t-il aidé ? N'hésitez pas à nous le signaler en cliquant ci-dessous.

Note : / (0 vote).


Commentaires

Pas de commentaires sur cette actualité.



Écrire un commentaire

politique de confidentialité du site.
Afficher le captcha

2,99€/appel + 2,99€/min

Vidéo YouTube : des publicités automatiques annoncées en fin de mois
9 juillet 2020

Apple retire chargeur et écouteurs pour l'achat d'un iPhone 12
30 juin 2020

Uber inaugure Uber Comfort
25 juin 2020

Contactez-nous
  • Adresse : 12 boulevard d’Athènes,
    13001 Marseille
  • Email : contact@118500.fr
  • Du lundi au dimanche 24h/24
Contact direct
politique de confidentialité du site.
Afficher le captcha

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par 118500 FR pour gestion de votre demande.
Elles sont conservées pendant 2 ans et sont destinées au service client.
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Service Technique, technique [at] evenmedia.fr.