Actualités

Ce site est un service privé d'information distinct des marques et services non-affilié à celles-ci
Licenciements  chez SFR

Licenciements chez SFR

Une prévision de 5 000 emplois supprimés chez le second opérateur français

Une prévision de 5 000 emplois supprimés chez le second opérateur français


Lorsque Numéricable-Altice, le groupe de l’homme d’affaires Patrick Drahi, rachète SFR en 2014, il s’engage au maintien de l’emploi jusqu’au 01 juillet 2017 au moins. Fin juin à New-York, le principal actionnaire du groupe, Patrick Drahi, indique que SFR souffre de sureffectif. Il évoque les licenciements chez les concurrents : «  On est quand même dans une situation en France où nos concurrents ont licencié à tour de bras et nous on a pris une garantie sur trois ans à un moment où on vend à 1 euro par mois des abonnements ».

Le 26 juillet la direction de SFR laisse entendre le départ de 5000 personnes, les modalités seront annoncées en septembre. Les premiers licenciements seraient prévus pour juillet 2017 et s’étaleraient jusqu’à la fin de l’année ou début 2019.

Ces suppressions confirmées aux organisations syndicales cette semaine amèneraient les effectifs de SFR de 14 300 à 9000 salariés, soit environ une réduction de un tiers des effectifs. Les syndicats sont en colère et reprochent à la direction « d’acheter à droite à gauche au détriment des salariés du groupe ». Certains se demandent comment l’entreprise va pouvoir continuer à fonctionner avec cette diminution drastique des effectifs.

Le groupe dont la dette est estimée à 50 milliards d’euros, (Altice a acheté récemment les sociétés américaines Suddenlink et Cablevision) explique que cette restructuration permettra à l’entreprise de créer deux filiales : l’une à destination du grand public, la seconde dédiée aux entreprises.

Dans l’immédiat il est question de la modification de la distribution avec peut-être un nombre de boutiques à la baisse, ce qui fragilisera un peu plus les relations avec une certaine clientèle qui a besoin de ce contact physique pour prendre une décision d’achat ou d’abonnement.

Depuis le rachat de SFR par Numéricable en 2014 pour 13 milliards d’euros, les méthodes de management ont changé, les équipes dirigeantes aussi. D’après les syndicats la pression sur les salariés a provoqué le départ de 1200 personnes en dix-huit mois, les conditions de travail se seraient durcies depuis le rachat. Aussi, la ministre du travail Myriam El Khomri recevra mardi 2 août la direction et les syndicats. Elle désire s’assurer  « du respect des engagements pris sur l’emploi et les investissements » lors du rachat en 2014 de SFR par le groupe Altice.

Le secteur des télécoms est très concurrentiel, il est en tension depuis plusieurs années. D’après l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) 10% des emplois ont été supprimés depuis 2010 et les revenus sont passés de 43,4 milliards à 35,9 milliards en 5 ans.

Orange a perdu plus de 20% de ses effectifs en 10 ans. Dès 2012, Bouygues Télécom a procédé à une première vague de départs volontaires de 600 salariés et en 2013, 1400 suppressions d’emploi ont été effectuées. Free échappe à la tendance et a doublé ses effectifs en France depuis 2010, ses forfaits mobiles à prix cassés ont attiré de nombreux clients mais la décision de l’ARCEP de la fin de l’itinérance pour janvier 2017 marquera-t-elle le départ ce ces clients ?

Partagez l'article :

Avis

Avez-vous aimé cet article ? Vous-a-t-il aidé ? N'hésitez pas à nous le signaler en cliquant ci-dessous.

Note : / (0 vote).


Commentaires

  • Putin sfr q7oi le réseaux le plus lam3ntable de toute l'histoire du réseaux, un service client qui vien d'apprendre le métier ainsi que la langue , franchement il ne mérite pas d'exister et encor moin d'avoir cette clientèle, faite faillite demain j'en serai 100 foix content pour tout ce que vous nous ft subir , je vien juste de casser mon s7edge grâce au nerf que me procure sfr :) crève sfr crève.

    Zino

    16 septembre 2017 10:45



Écrire un commentaire

politique de confidentialité du site.

* : 2,99€/appel + 2,99€/min.

Contactez-nous
  • Adresse : 12 boulevard d’Athènes,
    13001 Marseille
  • Email : contact@118500.fr
  • Du lundi au dimanche 24h/24
Contact direct
politique de confidentialité du site.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par 118500 FR pour gestion de votre demande.
Elles sont conservées pendant 2 ans et sont destinées au service client.
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Service Technique, technique [at] evenmedia.fr.